22 avril 2021 : retour à la hausse de la mortalité routière


Mars 2021 : Retour à la hause de la mortalité routière de +20 %

Selon le baromètre de l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), 183 personnes ont perdu la vie sur les routes de France  métropolitaine en mars 2021. Comparé au  mois de mars 2020 où l'on avait déploré 152 morts sur ces routes, 31 personnes de plus ont été tuées, soit une hausse de +20%. En année glissante sur les 12 derniers mois, la mortalité reste fortement à la baisse de - 22 %.

Cette hausse n'est hélas pas surprenante si l'on se souvient que mars 2020 avait été marqué par le début du confinement total daté du 17 mars se raduisant par une chute spectaculaire du trafic de tous les trafics (véhicules et piétons). Ce résultat faisait la démonstration de la forte relation entre exposition au risque et fréquence des accidents. Cette hausse est plus nette hors agglomération qu'en agglomération. Ces hausses sont bien en relation avec la hausse du trafic des véhicules. 

Le  mois de mars 2021 confirme ce constat, puisque le trafic n'est pas revenu à la normale. Le mois de mars 2021 a connu un confinement partiel dans la continuité du "couvre-feu" déjà en vigueur sur tout le premier trimestre 2021 auquel s'ajoutait le télétravail
fortement recommandé. De plus à partir du 20 mars, dans 16 puis 19 départements français, les déplacements ont été limités à 10 km (30 km pour les courses) autour du lieu de résidence.

Pour mesurer l'effet trafic, l'ONISR a aussi comparé mars 2021 à mars 2019 qui fut lui un mois que l'on peut qualifier de normal. Mars 21 marque alors une baisse de -28% par rapport à mars 2021.

L'ONISR estime que les gains de mortalité serait dû pour 3/4 au ciuvre-feu et pour 1/4 à la réduction des déplacements en journée.

Parmi les 31 vies perdues, on dénombre 12 automobilistes, 8 motocyclistes, 6 cyclomotoristes et 15 cyclistes. Seule, la mortalité des piétons est à la baisse avec 5 piétons tués en moins. Cette baisse de la mortalité piétonne peut s'expliquer par la diminution de l'exposition au risque des piétons séniors qui respecte assez strictemennt le confinement.

En terme de gravité, on a dénombré 3874 accidents corporels en ce mois de mars, soit 47 personnes tuées pour 1000 accidents corporels, ce qui est sous la moyenne annuelle, mais une hausse de +58% par rapport à mars 2020.

Il est à craindre que la hausse enregistrée en ce mois de mars soit suivi d'une hausse lors des mois à venir au fur et à mesure que la vie va reprendre son cours normal. Toute l'incertitude est de savoir à quel niveau cette hausse va se stabiliser au regard du niveau de mortalité antérieure à la pandémie.