Bilan de l'accidentalité 2020

2 550 personnes seraient décédées en 2020 sur les routes de France métropolitaine soit une baisse de la mortalité de -21,6%. Il s'agit de la plus faible mortalité routière enregistrée depuis 1924 (mortalité routière en 1924 : 2 246 tués).  Les indicateurs relatifs aux accidents corporels enregistrés par les forces de l'ordre, ainsi que ceux sur les blessés, sont également en baisse de 20 % par rapport aux années précédentes. Ce bilan historique est le résultat d'une année historique marquée par la pandémie.

Le gouvernement français a confiné la population sur deux périodes, du 16 mars au 10 mai inclus et du 30 octobre au 27 novembre 2020 inclus. En dehors de ces périodes, des couvre-feux nationaux et/ou locaux ont été mis en place. Ces périodes de confinement et dé-confinement, ont eu des répercussions majeures de réduction de l'activité économique, des déplacements de la population, du tourisme, et de ce fait de l'accidentalité routière.

Ainsi, l'évolution entre 2019 et 2020 de la mortalité selon l'âge et selon la catégorie d'usagers est affectée par ce contexte.

En 2020, la mortalité routière baisse quel que soit l'âge, à l'exception des enfants et adolescents de moins de 18 ans, dont le nombre de tués estimé est stable (153 tués en 2020). La baisse de la mortalité est la plus forte pour les personnes âgées de 75 ans ou plus (-34 % soit 179 tués de moins qu'en 2019), lesquels contribuent pour 1/4 de la baisse globale. La baisse la moins forte est observée pour les personnes âgées de 65-74 ans (-9 % soit 29 tués de moins). La baisse de la mortalité des 18-34 ans, usagers à sur-risque routier important, est équivalente à la baisse globale ; elle contribue pour près de 1/3.




Chaque année, plus de la moitié des tués en France sont des automobilistes. En 2020 cependant ils ne représentent que 49% de la mortalité routière avec 1 243 tués, soit 379 de moins qu'en 2019 (-23 %). Cette baisse un peu plus forte que la moyenne s'explique par la part importante de séniors qui se déplacent en voiture : les 75 ans et plus ont réduit fortement leurs déplacements avec l'épidémie et donc leurs déplacements en voiture et leur accidentalité. 577 personnes sont décédées en deux-roues motorisés (98 cyclomotoristes et 479 motocyclistes).

La mortalité des usagers de deux-roues motorisés a baissé plus que la moyenne pour des raisons différentes.

La réduction de la mortalité cyclomotoriste (36 tués de moins) concerne exclusivement les moins de 30 ans et se concentre sur les périodes de confinement ou de réduction du temps scolaire en présentiel (que ce soit en juin ou en septembre-octobre). La réduction de la mortalité motocycliste (136 tués de moins) cumule l'effet confinement sur des mois habituellement forts en termes de pratique (mars-avril), avec le fait que les mois de relative liberté par rapport à l'épidémie ont vu des conditions météo pluvieuses (juin et septembre) en particulier dans le Sud.

La mortalité piétonne, 389 tués, baisse moins que la moyenne (94 tués de moins, soit -19 %) alors même que les seniors constituent toujours plus de la moitié des personnes décédées à pied. En effet, la réduction de la mortalité piétonne des 75 ans et plus est bien plus forte que la moyenne (-24 %) mais la mortalité piétonne des 65-74 ans baisse à peine. Pour les autres classes d'âge, il semble que la réduction de la mortalité pendant les périodes de confinement ait été en partie compensée par une mobilité accrue le reste du temps.

Enfin la mortalité des cyclistes baisse légèrement (-7 %), 174 cyclistes tués, soit 13 de moins qu'en 2019 : 1 tué de plus hors agglomération et 14 de moins en agglomération. Le nombre de blessés, lui augmente hors agglomération mais diminue légèrement en agglomération. Si l'on tient compte des périodes pendant lesquelles les déplacements ont été fortement contraints, ceci traduit un fort développement de la pratique, en particulier hors agglomération où les vitesses élevées des usagers motorisés rendent les cyclistes plus vulnérables. On ne constate pas de baisse de la mortalité des usagers de poids-lourd, sans doute parce que leur circulation, liée à des besoins économiques vitaux, n'a pas été fortement impactée par les restrictions. 



La baisse de la mortalité impacte tous les réseaux routiers ; elle est cependant un peu moins marquée en agglomération, une partie des déplacements de proximité ayant été maintenus, et à l'inverse plus marquée sur autoroute.


Lire la note  bilan 2020 de l'ONISR


Lire la présentation du bilan 2020 de l'ONISR


Accéder au tableau excel de l'ONISR 2020


 L'interprétation de cette baisse s'avère délicate. On ne peut pas s'expliquer par un changement des comportements au volant. Cette baisse est essentiellement la conséquence d'un changement de comportement dans la fréquence des déplacements et le mode de déplacement. En raison des règles de distanciation sociale, beaucoup d'usagers ont changé de modes de déplacement, notamment en zone urbaine où les modes individuels (marche, trottinettes et autres engins de déplacement personnel, vélos, deux-roues motorisés, voitures) ont été privilégiés aux détriments des transports en commun. L'ONISR a mis en évidence une assez bonne corrélation entre baisse du trafic et baisse de l'accidentalité.


 L'année 2020 présente des résultats en rupture avec les années précédentes. Cela va introduire des modifications d'analyse au plan national et au plan local. L'année 2021, voire les suivantes, ne pourra pas être comparée à la seule année 2020 mais devra être comparée aux années « avant crise sanitaire », qui pourront être l'année 2019, une moyenne 2017-2019 ou 2015-2019, en fonction de la significativité des indicateurs.