Carrefour à la hollandaise

Définition :

Carrefour à la hollandaise est le terme utilisé pour désigner l'aménagement d'un carrefour le plus souvent giratoire selon les
principes d'aménagement utilisés en hollande, à savoir la réalisation d'une bande cyclable sur l'extérieur de la chaussée interne au carrefour (et circulaire pour un giratoire), protégée et prioritaire pour les cyclistes à chaque voie entrant ou sortant du carrefour.

Commentaires :

Ce type d'aménagement connait un fort engouement à un moment en France où se développent des réseaux cyclables. Il est vrai que le franchissement d'un carrefour particulièrement lorsqu'il est giratoire par un cycliste n'est pas simple. Dans bien des cas, la difficulté provient d'un défaut de conception des carrefours qui sont rarement conformes aux règles de l'art éditées par le CEREMA en matière de conception. Pour les giratoires, l'anneau est souvent surdimensionné, entrainant des vitesses excessives dans l'anneau et rendant l'insertion et la sortie des cyclistes souvent dangereuses.

Une option est de réaliser une piste cyclable autour du carrefour avec l'inconvénient d'un allongement de parcours. L'autre option qui est souvent utilisé en Hollande d'où l'appellation de carrefour à la hollandaise est de réaliser la piste cyclable à l'intérieur de l'année. Cette piste devient une bande protégée par des bordures. A cela s'ajoute le fait de donner la priorité aux cyclistes.

La circulation dans cette bande peut être monodirectionnelle ou bidirectionnelle.

A cette engouement légitime, il conviendrait de disposer rapidement à la fois d'une réglementation claire pour la compréhension des conducteurs afin qu'ils sachent qu'ils abordent ce type d'aménagement, d'une signalisation qui soit sans ambiguïté avec pour le moins une chaussée cyclable se différenciant clairement de la chaussée pour les autres véhicules.

En l'état, le mode d'emploi de ces carrefours à la hollandaise reste empirique, ce qui peut conduire à des aménagements contreproductifs pour la sécurité des cyclistes. La première exigence serait d'abord que les aménagements des carrefours en ville comme à la campagne soient conformes aux règles de l'art et qu'à défaut soit exigée leur remise en conformité préalablement à leur « hollandisation ».

Une autre différence entre la France et les Pays-bas est que les aménagements cyclables en France sont souvent low-cost à la différence des Pays-bas. La meilleure illustration est l'autorisation de franchir un feu rouge accordée aux cyclistes qui est signalée aux Pays-Bas par un vrai feu et en France par un mini panneau très ambigue.