Etude d'accidentalité

Définition :

Une étude d'accidentalité consiste à analyser les données d'accidents corporels pour en tirer des enjeux en termes d'actions à entreprendre

Commentaires :

Il n'existe pas de contenu normalisé d'une étude d'accidentalité. Chaque étude demande un cahier des charges précis définissant en premier lieu l'aire d'étude : un lieu comme un carrefour, un itinéraire, un département, un réseau, un quartier, ... Le cahier des charges doit également préciser les données faisant l'obejt de l'analyse. Il s 'agit des données issues des fiches BAAC et des données de trafic. Dès que l'on fait appel à l'analyse des procès-verbaux, on parle davantage d'une étude d'accidentologie, l'objectif étant d'identifier les facteurs d'accidents.

Dans le cas de l'étude d'accidentalité exigée dans la loi d'orientation sur la mobilité  (article 15 b) lorsque un président du conseil départemental veut déroger à la règle général du 80 km/h sur les routes bidirectionnelles hors agglomération  en relevant à 90 km/h la vitesse maximale autorisée, l'aire d'étude est le réseau bidirectionnel du département où sont identifiés spécifiquement les sections que l'on voudrait ou que l'on pense faire bénéficier de ce relèvement. Ces sections doivent pour bien faire avoir une longueur d'au moins 25 km et être homogène en matière d'aménagement et sans interruption par une traversée d'agglomération.

L'analyse porte sur les accidents enregistrés dans le fichier BAAC en choisissant, par exemple, un indicateur qui peut être le nombre d'accidents graves (nombre de tués et de blessés hospitalisés plus de 24 heures). Deux indicateurs sont ensuite utilisables pour comparer des sections avec le réseau dans son ensemble : le taux d'accidents graves (en fonction du trafic) et la densité d'accidents graves (en fonction du linéaire). Généralement les indicateurs se calculent sur une durée de 5 ans.

L'objectif recherché est d'identifier si les sections envisagées

- offrent à l'usager un niveau de risque acceptable et donc déjà inférieur à celui calculé pour l'ensemble du réseau considéré,

- ont une fréquence d'accidents graves moins élevés que celle calculée pour l'ensemble du réseau considéré,