Biomécanique des chocs

Définition :

La biomécanique est l'étude de la réponse du corps humain lorsqu'il est soumis à une charge quelconque. La biomécanique des chocs est une

branche de la biomécanique qui traite la réponse du corps humain à des forces d'impact et à un champ d'accélération. Cette branche peut généralement être divisée en trois domaines principaux : réponse mécanique, mécanisme de blessure, niveaux de tolérance

Commentaires :

La sécurité routière a connu de grands progrès à compter des années 1960 lorsque l'industrie automobile s'est senti concernée par la sécurité de ses véhicules. Une distinction s'est alors faite entre sécurité active et sécurité passive. La sécurité passive a visé à réduire les effets du choc consécutif à un accident. Il s'agissait d'avoir un véhicule dont l'habitacle est capable s'absorber l'énergie du choc et de minimiser les lésions corporels. On parle aussi de sécurité secondaire qui revient à protéger les passagers.

Ces progrès ont été obtenus par une meilleure connaissance des mécanismes lésionnels à partir des enquêtes détaillées d'accident d'une part et par la biomécanique des chocs d'autre part, à partir d'essais en laboratoire permettant de reproduire les effets sur le corps humain de d'impact d'un choc et de préciser les mécanismes de blessure.

La biomécanique  des chocs est donc une discipline récente qui a notamment permis d'identifier les mécanismes lésionnels, de déterminer les paramètres physiques correspondant à ces mécanismes et d'évaluer la tolérance de l'être humain lors du choc. Elle a permis de définir des critères lésionnels.
Des échelles de codage de blessure ont ainsi vu le jour comme l'Abbreviate Injury Scale (AIS). Cette échelle est employée pour évaluer les blessures des accidentés de la route. Puis est apparu le MAIS  qui permet de quantifier l'état général de la victime à partir de la cotation de chaque blessure. Le principe est de prendre le chiffre AIS le plus élevé. Enfin, est également apparu le Score de Sévérité des Lésions (ISS) calculé par la somme des carrés des chiffres les plus élevés d'AIS dans chacune des trois zones corporelles les plus touchées sur les six définies (tête-cou, face, thorax, organes abdominaux ou pelviens, membres ou ceinture pelvienne).

La biomécanique est là pour nous rappeler les limites de la tolérance humaine aux chocs. Pour augmenter cette limite, le principe est d'interposer des dispositifs de protection destinés à absorber une part importante de l'énergie cinétique des véhicules et des occupants pendant le choc. Pour cela, il a valu connaître ce que l'organisme humain est capable de tolérer dans un choc et la seule façon de l'approcher a été les crashs tests en utilisant des mannequins.