Bouchon

Définition

Un bouchon est une portion de route sur laquelle la demande de trafic dépasse la capacité (dictionnaire routier AIPCR). Pour l'exploitant de la route, un bouchon est une accumulation, sur une ou plusieurs files continues et sur une distance d'au moins 500 mètres, de véhicules progressant à une allure très lente et par bonds (Bison Futé)

Commentaires :

Un bouchon se forme, se développe, se stabilise puis se résorbe. Les causes de la formation d'un bouchon sont multiples mais les conséquences sont soit une réduction de la capacité d'un tronçon de voies de circulation d'une route, soit un débit de trafic trop important par rapport à la capacité que peut absorber ce tronçon. Dans le premier cas, il peut s'agir d'une voiture accidentée ou en panne, d'un objet sur la chaussée, de l'arrivée d'une bretelle d'insertion apportant un trafic supplémentaire. Dans le second cas, l'augmentation du volume du trafic peut être due à un report momentané d'un trafic pour cause de travaux ou plus couramment une pointe de trafic liée à des départs ou des retours du travail ou de vacances.

Le terme utilise la métaphore d'une bouteille. On parle d'ailleurs aussi d'embouteillage qui correspondrait plutôt au début de la formation du bouchon. La formation d'un bouchon et son évolution se comprennent comme pour un liquide et répondent à la loi de la mécanique des fluides. Les véhicules constituent le fluide qui « coule » dans un tuyau (les voies de circulation). Ce tuyau connait un débit maximal théorique estimé à environ 1 500 véhicules par heure dans la mesure où chaque véhicule respecte les distances de sécurité, soit un véhicule toutes les 2 secondes. En réalité, on constate que ce débit peut doubler sur certaines autoroutes très encombrées ou comme sur  le boulevard périphérique parisien.

C'est d'ailleurs essentiellement cette distance entre véhicules qui détermine la capacité des voies en temps réel, indépendamment des conditions météorologiques qui font aussi chuter le débit. Les observations ont mis en évidence que cette capacité est maximale pour des vitesses se situant autour de 70 km/h. Les sociétés d'autoroute utilisent d'ailleurs la technique de régulation des vitesses du flux des véhicules pour éviter la formation d'un bouchon.

Une fois formé, le bouchon est comme un long serpent ondulant, avec des sections où les véhicules roulent et des sections où les véhicules sont à l'arrêt, les séquences de ces ondulations se raccourcissant à mesure que l'on s'approche du point « dur » constitutif du bouchon, qui peut être une sortie vers une autre autoroute, allégeant alors le trafic.

La traversée d'un bouchon est toujours vécue désagréablement par les conducteurs. C'est d 'abord une perte de temps, c'est aussi parfois un agacement qui provoque des comportements plus ou moins dangereux comme des changements de file intempestifs qui font rarement gagner du temps. Plus la cause de création du bouchon perdure, plus le temps passé dans le bouchon s'allonge.

Du point de vue de la sécurité routière, une route régulièrement bouchonnée présente un niveau d'accident en général inférieur à une route plus fluide. Pour autant, deux types d'accidents peuvent se produire. Les accidents impliquant des motocyclistes qui s'affranchissent du bouchon en remontée les files. Cette pratique est dangereuse et le reste malgré l'expérimentation en cours légalisant « la circulation interfile ».Ce type d'accident est relativement fréquent en Ile de France d'où est née cette pratique.
L'autre type d'accident est la collision par l'arrière se produisant en général en « queue de bouchon ». Dans ce cas, la vigilance du conducteur est prise en défaut par l'arrêt soudain des véhicules. Ce type d'accident est heureusement peu fréquent mais il a déjà occasionné des accidents très meurtriers sur autoroute.

L'exploitant de la route cherche à minimiser l'importance des bouchons. Pour lui, le bouchon est une accumulation, sur une ou plusieurs files continues et sur une distance d'au moins 500 mètres, de véhicules progressant à une allure très lente et par bonds. Les bouchons se quantifient en volume d'encombrement et s'expriment en heures.kilomètres (HKM). Le volume est calculé ainsi : produit de la durée du bouchon (exprimé en heures) par la longueur moyenne (exprimée en km) ramenée à une file.