virage

Définition :

Un virage est le nom donné à la courbure d'une route. Cette courbure est plus ou moins accentuée selon le type de route.

Commentaires :

Par conception, la courbure d'une route est adaptée à la vitesse de référence correspondant au type de route. Les autoroutes ont des rayons de courbure très progressifs appelés clothoîde. Ce rayon tient compte de la vitesse d'approche du virage d'une part et du dévers d'autre part. Le dévers est la pente nécessaire à l'écoulement de l'eau hors chaussée. Pour les autoroutes où la vitesse maximale autorisée est de 130 km/h, les rayons son de l'ordre de 2 000 m sans descendre sous les 800 mètres. Pour une route où la vitesse maximale est limitée à 80 km/h, le rayon ne devrait pas être inférieur à 250 mètres.

Les virages dangereux font l'objet d'une signalisation plus ou moins renforcée. Les critères de dangerosité d'un virage, outre son rayon trop faible, sont un problème de visibilité du virage et d'appréciation de son rayon de courbure, un dévers inversé,  un rayon se resserrant (ce qui équivaut à un double rayon) ainsi que les doubles virages. Ce dernier critère est le plus dangereux car il surprend le conducteur abordant le virage trop rapidement. Ces virages peuvent davantage surprendre les motocyclistes, de par la technique pour aborder un virage avec une moto. Les conséquences de ces chutes peuvent être aggravées par la présence d'une glissière de sécurité, souvent implantée dans un virage, notamment les bretelles d'autoroutes. La technique pour y remédier, outre de se poser la question de la pertinence d'avoir une glissière est d'apposer une lisse basse de protection des supports de la glissière.

Pour alerter de la présence d'un virage délicat à franchir, les gestionnaires de voirie peuvent implanter le panneau de danger A1, danger virage en amont du virage. La lecture de sa courbure peut être renforcée par des balises. Ces balises ne s'implantent pas n'importe comment pour être efficace.

Les virages dangereux sont encore la cause de nombreux accidents bien qu'un grand nombre ont été traités dans les années 80 avec le
programme « points noirs ». On déplore environ 22% de victimes d'accident en virage. Ce % monte à 35% sur les routes situées hors agglomération, ce qui rapporté au linéaire estimé à environ 20%  démontre le surrisque d'accident en virage sur les routes, notamment bidirectionnelles hors agglomération, d'où la pertinence de réduire la vitesse maximale autorisée sur ces routes.