18 juillet : bilan 2018 de l'accidentalité sur autoroute

L'ASFA, l'association des sociétés françaises d'autoroute, vient de publier son bilan annuel de l'accidentalité. Il en ressort que le nombre de tués sur le réseau autoroutier concédé  en 2018 (157) a diminué de moitié par rapport à 2002. Le niveau de sécurité sur autoroute est 5 fois supérieur au reste du  réseau national. Selon l'ASFA, la somnolence au volant est le premier facteur d'accidents mortels parmi l'ensemble des facteurs d'accident identifiés et présentés dans ce bilan.

Commentaires :

Ce bilan est instructif à plus d'un titre. Il n'est pas seulement quantitatif mais également qualitatif par  l'analyse des procès-verbaux de tous les accidents mortels survenus l'année n avec un résumé en fin du document. Il fait bien ressortir la multi factoralité  des accidents quand bien même il ne se concentre que sur les facteurs liés au comportement.sans explorer les facteurs liés aux véhicules ou à l'infrastructure. 

Ce travail d'analyse est réalisé depuis plus de dix ans par l'ASFA. C'est par ce travail que le facteur « somnolence » a été mis en évidence bien qu'il soit associé au facteur fatigue. Il met aussi en évidence l'accidentalité piétonne ainsi que celle des contre-sens. Il permet de remarquer que le facteur vitesse soit parce qu'elle est excessive, soit parce qu'elle est inadaptée est un facteur aussi important que la somnolence.

Il est dommage que les autres gestionnaires de voirie ne réalisent pas ce type d'analyse, en particulier les gestionnaires des routes départementales qui se contentent souvent des statistiques fournies par l'Etat. En vérité, chaque gestionnaire devrait se sentir responsable des accidents qui se produisent sur son réseau.